Du jeudi 20 mai au dimanche 29 août, à la Cité du design.

Plus que la concrétisation d’un parcours pédagogique, l’exposition des diplômés de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne (Esadse) est un rendez-vous durant lequel l’ensemble des productions de fin d’études sont mises à plat pour faire apparaître l’aboutissement de cinq années d’expérimentations et de recherches.

Plus d’une trentaine de projets de jeunes artistes et designers diplômés d’un DNSEP, en octobre 2020 de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne, se croisent au cœur de l’exposition ROUND 5 à partir du 19 mai 2021 à la Cité du design.
Fruits de travaux de recherche théorique et plastique, les projets de diplôme en art, design/art espaces, design média, design objet concluent cinq années d’études et rendent compte d’une aventure particulière, à la fois individuelle et collective. Après plusieurs mois de travail, de nombreuses « charrettes » nocturnes et quatre-vingt-dix minutes de soutenance, ROUND 5 célèbre le commencement d’un parcours artistique personnel, aussi incertain que résolu pour chacun des diplômés.
Afin de mettre en lumière toute l’énergie créatrice et les nouvelles interrogations de cette génération d’artistes et de designers, nous avons pensé l’exposition des diplômés 2020 comme un espace de rencontre entre des univers sensibles et singuliers. Du rituel à la transmission, du militantisme à la poésie, de la science à l’illusion, l’exposition donne à voir une cartographie d’expérimentations créatives.
Avec l’exigence de valoriser le travail de chacun, nous avons constitué un ensemble hybride qui dépasse la simple somme des projets individuels pour offrir au public un panorama de formes, de gestes et de pensées partagées. En mettant en forme l’hétérogénéité, nous avons souhaité donner à voir et à entendre les contrastes entre les partis pris de chaque projet. L’exposition joue alors des liaisons et des ruptures grâce à la diversité des démarches artistiques et des médiums proposés : peinture, sculpture, photographie, vidéo, installation, réalité virtuelle ou encore performance.
Chaque projet de DNSEP dépasse la conclusion académique car il matérialise pour les diplômés un espace à construire, un chemin à tracer et une direction à tenir après plus d’une année aux échelles bouleversées. Pour le public, l’exposition a l’avantage de réunir, en un seul lieu, celles et ceux qui s’emparent du réel comme d’un matériau à part entière et qui stimulent l’imagination en explorant d’autres regards sur le monde par le biais de scénarios situés, prospectifs et engagés.

Commissaires
Charlotte Goffette, alumni 2020 (DNSEP option design, mention objet) et étudiante-chercheuse au CyDRe
Alice Koté, alumni 2020 (DNSEP option design, mention objet)
Anne-Caroline Nizou, étudiante en 5e année (DNSEP option design, mention objet)

Diplômés
Lina Abssi, Alix Barnier, Rosalie Blanc, Nelly Courreau, Julie Dancre, Paul Eudeline, Toscan Giri, Charlotte Goffette, Alexis Guidet, Lola Hen, Romain Joly, Floriane Kisa Lorewin, Alice Koté, Inès Le Ménec, Vincent Leconte, Agnès Legendre, Brice Liaud, Pauline Liogier, César Lott, Lucas Macabéo, Lucie Marchois, Charlotte Marx, Valentine Maupetit, Clara Monteil, Victor Oozeer, Chloé Pechoultres, Estelle Pom, Lorette Pouillon, Léo Rabiet, Lucas Rivière, Antoine Salle, Marion Schaeffer, Lisa Swieton, Clara Thumelin, Aurore Turpinat et Benoît Zenker

“Comme partout ailleurs dans les établissements d’enseignement supérieur, former des étudiantes n’a qu’un objectif prioritaire, celui de concevoir pour eux une véritable insertion professionnelle. Aujourd’hui dans un temps de crise et d’éclatement, il faut d’autant plus que cette insertion soit adaptée au paysage incertain du monde de la création en ouvrant sur de nouvelles perspectives.
En essayant, autant que faire se peut, d’examiner objectivement la nature à la fois exigeante et ambitieuse des formations que proposent l’Esadse, je peux dire que l’exposition rend compte de la transversalité d’une école qui déploie et revendique une approche critique à travers de multiples pratiques artistiques. L’Esadse possède une identité forte, celle d’une école où les frontières se franchissent, où les projets s’étirent entre différentes options/mentions, où les enseignements se nourrissent les uns les autres pour donner corps à une diversité généreuse de travaux.
Cette exposition est donc un objet de transition entre la fin d’un cadre scolaire et le début d’une vie professionnelle, elle témoigne de l’ambition artistique d’une école fière de ses diplômés. C’est aussi une belle occasion pour le public et nos pairs de découvrir la richesse des productions réalisées au sein d’une école d’art singulière et d’observer comment cette génération regarde le monde, le comprend et l’interprète pour ouvrir les imaginaires.”
Éric Jourdan, directeur de l’Esadse

POUR EN SAVOIR +