09
Oct
Premiers résultats de l’expérience Gravity sur le trou noir au centre de notre galaxie
15:00 à 16:00

Dans le cadre des célébrations des 100 ans de l’Institut d’Optique Graduate School,  un séminaire exceptionnel ouvert à tous, par Guy Perrin de l’Observatoire de Paris/LESIA.

Le centre de notre galaxie abrite un objet dont la masse est estimée à environ 4 millions de fois celle du Soleil. Cet objet, Sagittarius A*, au centre d’une région complexe de gaz, de poussière et d’étoiles, n’a jamais pu être résolu. Il y a de fortes raisons de penser qu’il s’agit d’un trou noir super-massif comme l’on pense qu’il en existe au centre de chaque galaxie. Aucune méthode n’a permis pour l’instant d’étudier ces trous noirs de façon directe. L’ambition de GRAVITY est d’obtenir des informations directes sur ce corps central à une échelle comparable à celle de l’horizon du trou noir. GRAVITY combine pour cela les quatre grands télescopes de 8,20 m de diamètre du Very Large Telescope Européen au Chili en mode interférométrique. Cette technique donne accès à la résolution angulaire et à la précision astrométrique d’un télescope de diamètre équivalent à 140 mètres. Lancé en 2005, le projet a connu sa première lumière à la fin de 2015. Les observations de Sagittarius A* on commencé au printemps 2016. Des premiers résultats ont été publiés au printemps 2017. Les observations continuent. L’étoile la plus proche du trou noir connu passera au péricentre début 2018 et elle est observée de façon régulière pour détection les effets de la relativité générale d’Einstein dans des conditions inédites. Je présenterai les résultats obtenus jusqu’à présent avec GRAVITY sur Sagittarius A* ainsi que l’ensemble des objectifs visés par notre consortium aussi bien sur le trou noir que sur les tests de la théorie de la relativité générale en champ fort.

Né en 1968, Guy Perrin est ancien élève de l’École polytechnique et docteur en astrophysique et techniques spatiales de l’Université Paris 7. Il est aujourd’hui astronome au Laboratoire d’Études Spatiales et d’Instrumentation en Astrophysique de l’Observatoire de Paris. Ses recherches s’articulent autour de deux axes principaux : la recherche instrumentale en haute résolution angulaire et l’application de ces travaux à des recherches astrophysiques. Il est l’un des pionniers de l’interférométrie longue base par fibres monomodes qui est aujourd’hui une technique répandue dans l’infrarouge proche.

Pour en savoir plus :

raphael.clerc@institutoptique.fr

Présentation Sup Optique

Carte en cours de chargement